Trois générations, deux passages de témoin. La passion pour les motos et la passion pour l'entreprise sont les vocations de la famille Malossi.

MALOSSI “la marque” 82 ans d'histoire.

Notre histoire commence en 1930 lorsque Armando Malossi fonda à Bologne la Cicli e Moto Malossi, entreprise orientée à la construction de cycles et à la réparation de motos. Malgré ces années très difficiles, pas même le tremblement de terre, un mètre de neige et la crise économique de 1929, ne réussirent à réprimer son enthousiasme. C’est à cette année que remonte son mariage avec Laura Casoni, immédiatement couronné par la naissance de leur fils aîné, Ugo. La situation historique n’était certainement pas des meilleures : la guerre d’Espagne, la guerre d’Afrique, et ensuite, en 1940, le début de la seconde Guerre Mondiale et les bombardements qui d’ici peu, auraient commencé à frapper la ville de Bologne. En 1943 une bombe rasa au sol le laboratoire d’Armando et rendit la maison inhabitable. Loin de se décourager, Armando recueillit le matériel qui avait échappé à la destruction de l’immeuble et déplaça son activité dans un petit local en dehors de la ville. La situation générale devint de plus en plus critique et l’activité d’Armando dut faire face à un monde bouleversé par la guerre. Il n’y avait que peu de vélos en circulation, les pièces de rechange étaient introuvables, les pneumatiques pouvaient être achetés seulement au marché noir, toutes les voitures et les motos encore en service étaient réquisitionnées et remises à l’armée et, pour couronner le tout, on ne trouvait même plus une goutte de carburant.

Au printemps 1945, un mois avant la fin de la guerre, naquit son deuxième fils, Sandro. L’impulsion à la reconstruction donne une nouvelle vitalité et de nouveaux encouragements à l’entreprise d’Armando. La vie recommence lentement à revenir à la normale. Désormais on répare tout, on construit des vélos et aussi quelques cyclomoteurs, on restaure les motos militaires, les surplus de guerre et les vieilles motos qui ont échappé aux réquisitions parce qu’elles avaient été cachées dans les caves et dans les granges. L’industrie des motocyclettes peu à peu repart et les premiers moteurs auxiliaires à associer aux bicyclettes font leur apparition. Parmi les nombreuses marques présentes, comment ne pas se rappeler du Mosquito de Garelli et du Cucciolo de Ducati ? Sans parler de la moto Guzzi, de Gilera et de Benelli, marques historiques italiennes, et de toutes les autres grandes marques européennes qui renaissent partout. Durant cette période de manque de fonds inimaginable pour ceux qui vivent dans la prospérité de notre époque, les prix de ces motocycles étaient hors de portée des personnes. Cette circonstance persuada Armando, plein comme il était de passion et d’esprit d’initiative, à acheter deux motos Guzzi 500 et une Lambretta pour les louer.

Comment nous sommes arrivés jusqu'ici

NOTRE HISTOIRE

Ugo Malossi – Président

Ugo Malossi
Ugo Malossi Président

Ugo Malossi, l’auteur du changement qui a fait de Malossi l’entreprise qu’elle est aujourd’hui, abandonna ses études encore très jeune pour seconder son père dans son activité. Fort de la passion pour les moteurs qu’il nourrissait depuis qu’il était enfant, et dès que les premiers scooters apparurent, Ugo posa une condition à son père : abandonner tout autre activité pour se dédier exclusivement aux motos. Armando ne s’opposa pas, même s’il avança de nombreuses perplexités sur la réussite de l’opération. . En laissant le champ libre à la créativité et à l’esprit d’initiative qui le caractérisent, et stimulé par la ferveur constructive qui envahissait la ville de Bologne, où des dizaines et des dizaines d’entreprises de construction de cyclomoteurs et de motos légères étaient en train de naitre, alors que l’Italie se remplissait de Vespas et de Lambrettas, Ugo construisit une moto légère 75 cc. pour l’un de ses amis et une 125 cc pour lui. Il s’agissait de deux prototypes intégraux à compter du châssis. En 1957 Ugo acheta Mar S.r.l., une entreprise qui s’occupait de l’assistance aux carburateurs DellOrto, et la transforma en Casa del Carburatore (Maison du Carburateur) en associant à l’activité qui avait été propre à Mar S.r.l., celle qui était sa vraie passion : la préparation de moteurs à deux ou quatre temps. Durant ces années, Ugo commença à produire une ligne de systèmes d’alimentation pour motos élaborées et racing, destinés aux cyclomoteurs, motos légères et scooters, et une série de groupes thermiques pour les plus importantes maximotos européennes et japonaises. Il s’agissait de systèmes construits avec des carburateurs Dell’Orto, avec tuyaux d’admission, prises d’air, commandes et tout ce qui servait pour le montage, étudiés et réglés de façon spécifique pour chaque moto. Sa passion se traduisit en un travail énorme, à tel point que les réglages préparés, aujourd’hui encore présents dans les archives de Malossi, furent plus d’un millier, sans parler des centaines et centaines de composants créés pour assembler les groupes destinés aux maximotos à deux, à trois, à quatre et à six cylindres. Une partie de ces équipements a été utilisée dans les courses d’endurance qui se déroulaient dans le monde entier et une centaine ont été créés spécifiquement pour un modèle de MV 4 cylindres de série transformé directement par les techniciens de l’atelier Courses de la MV Agusta. En 1959 Ugo mit au point une Ducati 125 cc. de série avec laquelle le débutant Piero Cava lors de la course de côte de Bologne San Luca se qualifia à la deuxième place, avec un temps proche de celui du vainqueur et devant le reste de l’équipe officielle Ducati. En attendant les conditions économiques de l’Italie et de l’Europe avaient considérablement changé. On parlait de Miracle Économique, l’activité battait son plein dans tous les domaines et les manques de la guerre étaient désormais lointains. Même la façon dont la population du vieux continent considérait les moyens de transport avait changé : l’intérêt pour les motos avait diminué en faveur de l’automobile qui, soudainement se trouvait à être le moyen de transport le plus convoité, à tel point que les voitures de petite cylindrée envahirent notre pays. Ugo comprit que le moment était venu de reconsidérer son activité et il étendit l’activité de la Casa del Carburatore même aux autos, en se dédiant à l’assistance et à la vente de carburateurs de toutes les marques. Lorsque la maison Carburatori Dell’Orto créa des lignes de carburateurs pour autos avec lesquelles elle équipa des voitures Alfa Romeo et Lancia, la Casa del Carburatore ne perdit pas l’opportunité de commercialiser et produire des systèmes spéciaux, avec prises d’air et collecteurs, pour voitures élaborées et racing, et ne négligea pas non plus les carburateurs industriels. En 1962 Ugo épousa Maria Bolognini et en quelques années il devient le père de son fils ainé, Andrea, en 1965, et d’Alessandra, en 1968. Nous parlerons de la nouvelle génération Malossi par la suite. En 1969 l’économie du pays était encore en hausse, mais les problèmes ne manquaient pas. La pollution due aux émissions des gaz d’échappement des autos avait atteint des niveaux trop élevés et l’on proposait des mesures pour la ramener dans des limites acceptables, de nouvelles réglementations sur la circulation routière et de nouvelles règles étaient sur le point d’être approuvées pour les ateliers qui se trouvaient dans les centres historiques et à proximité de ceux-ci. Ugo voulut, alors, être en avance et créa une nouvelle entreprise : c’est ainsi que naquit le projet C.D.C. Il s’agissait d’acheter un terrain sur lequel construire une petite fabrique de pièces spéciales pour carburateurs et une station-service très moderne pour carburateurs auto où transférer les nouveaux équipements pour le diagnostic des moteurs et le réglage des carburateurs.

Sandro Malossi
Sandro MalossiResponsable Marketing et Manifestations sportives

SANDRO MALOSSI – Responsable Marketing et Manifestations sportives

En 1969 le frère de Ugo, Sandro, après avoir terminé ses études, devient membre de la direction de l’entreprise et est nommé Responsable Commercial ainsi que directeur du développement informatique de l’entreprise. En 1974 Sandro épousa Dina Covotta qui en 1983 mettra au monde son fils aîné Riccardo. Dans l’entretemps la Casa del Carburatore s’était consolidée, en augmentant les effectifs, en se déplaçant dans le nouveau siège de Bologne, à Via Zanardi n° 29, plus grand et moderne, en acquérant un nombre important de nouveaux clients étrangers et en augmentant sensiblement son chiffre d’affaires. Conformément au projet de décentralisation des industries, dans son nouveau siège de Calderara di Reno, la C.D.C. commence la production de pièces pour carburateurs et moules conçus par ses nouveaux techniciens. En 1978 la C.D.C. produit le premier kit de transformation pour moteur prêt-à-monter. Il s’agit d’un kit dédié au cyclomoteur japonais Yamaha TY 50 cc. formé d’un groupe thermique, d’un système d’alimentation, d’un système d’échappement et d’une notice de montage. C’est un véritable succès ! Durant la première année de production les ventes s’élèvent à 8500 pièces! Un tournant décisif a finalement été atteint ! Le succès du premier groupe de transformation fait entrevoir à Ugo la possibilité de lancer une nouvelle ligne de production. La demande du marché augmente : des dizaines de kits pour cyclomoteurs français et italiens voient le jour, suivent de près ceux pour les Vespas et les 125cc japonais et italiens. Les modèles produits dépassent désormais la centaine. Le chiffre d’affaires a augmenté et les volumes des marchandises en mouvement sont beaucoup plus importants, à tel point qu’il n’est pas possible de différer plus longtemps un ultérieur pas en avant : il faut acquérir de nouveaux espaces, donner aux entreprises une organisation plus industrielle, laisser à C.D.C. la production mécanique et transformer l’activité commerciale et d’entretien de Casa del Carburatore en une véritable entreprise de production avec une marque forte. En 1983, Casa del Carburatore achète un hangar industriel de deux mille m² à Calderara di Reno et s’y transfère, change sa raison sociale en MALOSSI S.R.L. et incorpore le service technique, le service expérience et la salle d’essai des moteurs

Andrea Malossi
Andrea MalossiResponsable recherche et développement

Andrea Malossi-Responsable recherche et développement

Le fils aîné d’Ugo, Andrea, devient alors membre du Conseil d’administration et seconde son père dans la Direction Technique et Expérimentale. Malossi S.R.L. choisit celle qui sera la voie qui caractérisera toute son activité future et abandonne l’entretien des carburateurs pour autos et motos et la vente des kits et des carburateurs pour autos. On maintient uniquement les systèmes de carburateurs pour motos, principalement ceux liés aux kits de transformation. Pendant ce temps l’aspect sportif de l’activité Malossi prend forme, induit presque naturellement par la typologie du produit. Après le premier kit pour la Yamaha 50 cc., un cyclomoteur innovant aussi bien du point de vue esthétique que technique, ce fut le tour de ceux destinés aux cyclomoteurs automatiques Peugeot et MBK, avec lesquels on a, pendant plusieurs années en Italie, mais surtout en France, disputé de véritables Trophées monomarque libres. Vinrent ensuite les moteurs complets de compétition pour cyclomoteurs Peugeot et MBK et, finalement, un cyclomoteur complet 50cc élaboré selon une formule économique précise dénommée MVR, intégralement MALOSSI. Puis ce fut le tour du carburateur 13/13 pour le cyclomoteur Piaggio Ciao, travaillé à la main par Malossi puis produit en série par Dell’Orto. Le carburateur fut suivi du cylindre puis, peu à peu, de l’arbre moteur, du carter moteur et, dulcis in fundo, du moteur Malossi à appliquer aux cyclomoteurs Piaggio Ciao, Bravo, Boxer, Si, etc. Avant d’arriver aux scooters automatiques qui actuellement dominent le contexte des courses, il y a eu les courses des Vespas, bien sûr les Special, les ET3 125cc. majorées et équipées de kits Malossi. Comment ne pas évoquer les grands défis et les succès de Malossi sur les pistes de karting et au Motor Show de Bologne, avec la série des cylindres CVF brevetés, aujourd’hui encore en production et continuellement mis à jour ? En 1988 on prend en considération tout le parc Piaggio des 50cc à la Vespa 200cc PX et on commence la production de l’innovant système d’alimentation intégral à lamelles au cylindre jusqu’aux 125cc et au carter pour toutes les Vespas de la 50cc jusqu’à la 200cc. Simultanément on commence à investir des ressources pour supporter des manifestations de cyclomoteurs et scooters dans lesquelles on utilise des composants spéciaux de marque Malossi aussi bien en Italie qu’en France. Il s’agit de Trophées organisés et gérés directement par l’entreprise, en la personne de Sandro Malossi. Avec le temps, la zone géographique s’élargit et on organise des Trophées également en Grèce, Angleterre, Espagne et Allemagne avec les nouveaux scooters automatiques qui dominent la scène internationale. En Italie, pendant ce temps, avec des scooters 50cc majorés 70cc, on dispute dans les autodromes un véritable G.P., qui est aujourd’hui encore plus vif que jamais, le Trophée national Scooter, né comme Trophée ouvert et dominé pendant des années par Malossi, puis transformé en monomarque Malossi.

Alessandra Malossi
Alessandra MalossiResponsable commerciale

ALESSANDRA MALOSSI – Responsable commerciale

Alessandra aujourd’hui est la responsable commerciale de l’entreprise familiale.
Elle a fait ses premiers pas dans l’entreprise lorsque, encore adolescente, durant les vacances d’été elle travaillait dans le magasin pour se familiariser avec les produits Malossi et les lignes d’exécution des commandes. Après quoi, forte d’une maîtrise en Économie et Commerce et de tout l’enthousiasme qui la caractérise, elle a commencé à travailler dans l’entreprise à plein temps, en s’occupant de la commercialisation du produit de famille en Italie et dans le monde. Dès ses premiers pas au sein de l’entreprise, Alessandra a voulu donner une touche féminine à un produit qui, le plus souvent est manipulé par des hommes, qui se perdent comme des enfants au jeu de la mécanique.
Convaincue qu’un produit de qualité doive être soigné dans les moindres détails et non seulement du point de vue de la mécanique, au fil des années Alessandra s’est occupée de perfectionner même les aspects qui, à une analyse superficielle, pourraient apparaître comme superflus. Il y a toujours beaucoup à faire pour organiser une entreprise qui suit le produit du choix des matières premières jusqu’à sa conception et réalisation, pour garantir la satisfaction du client final, qui doit recevoir le produit Malossi le plus rapidement possible, dans un emballage approprié et communicatif, accompagné de toutes les informations technico-commerciales nécessaires.
Pour obtenir ce résultat toute la chaîne de distribution a été informatisée, à compter des commandes que, non seulement les agents et les clients du réseau officiel de vente, mais que même les particuliers peuvent effectuer en ligne sur les divers sites dédiés, malossicommercesystem pour le réseau de vente et malossisitore pour les particuliers. Grace à ces systèmes la commande arrive à l’entreprise en temps réel et est immédiatement transmise au prélèvement dans un magasin qui se sert des systèmes d’exécution les plus avancés basés sur la lecture automatique des codes à barres.
Alessandra est, dans la famille Malossi, la personne qui cherche à transmettre au public mondial le travail complexe qui se cache derrière chaque produit, en pointant sur les présentations graphiques et les publicités qui accompagnent la distribution de toute la gamme Malossi qui compte, outre la fameuse marque aux couleurs solaires, les produits Racing MHR, les amortisseurs RS24, les lubrifiants 7.1., l’habillage et les gadgets Malossi Griffe, jusqu’aux derniers nés, les Malossi helmets.
Pas même l’engagement qu’implique le fait d’être la mère de deux jumeaux, Francesca et Martino, n’a pu éloigner Alessandra de ce milieu et de sa mission : rendre toujours plus engageante la marque Malossi afin qu’elle continue à réunir en une seule passion toutes les personnes qui, dans le monde entier, partagent l’euphorie de la création. Cette passion ne connaît pas de limites, comme le démontre la circonstance qui veut que durant les dernières années les marchés étrangers aient atteint des pointes de 60% du chiffre d’affaires total de l’entreprise. Les usagers du produit Malossi se répartissent dans les deux hémisphères opposés, celui asiatique et celui américain, pour se concentrer sur ce qui continue à être le bassin d’usagers le plus consistant, le continent européen. Ce qui change dans le monde ce n’est pas la notoriété de cette marque, mais le type de véhicule sur lequel sont installés les produits Malossi.

Riccardo-Malossi
Riccardo Malossi – Responsable communications Trophées Malossi

RICCARDO MALOSSI – Responsable communications Trophées Malossir

Riccardo Malossi a entré dans Race Service , la société qui gère les Trophées Malossi, avec le rôle bien précis de Responsable de la promotion de l’image Malossi dans le domaine des Manifestation sportives.
À part les rares apparitions d’amateur initiales, qui remontent aux années 50, Malossi peut aujourd’hui vanter une organisation incomparable dans le secteur au niveau mondial ! Depuis plus de trente ans et sans pause elle couvre tout le territoire national avec cinq Trophées monomarque Malossi qui intéressent les scooters de 50cc à 600cc, auxquels s’accompagne le Trophée Yamaha R125 Cup pour motos 125/180cc où Malossi, en qualité de sponsor technique officiel, fournit le kit intégral nécessaire à la participation. Depuis plus de cinq ans on dispute aussi un autre Trophée français monomarque Malossi 80cc et un Trophée 125cc sur Yamaha. Pendant un quinquennat, parallèlement à l’activité ininterrompue dans la compétition vitesse, Malossi a créé et géré un Trophée de scooter Cross ouvert, en le dominant littéralement. Même dans cette spécialité les techniciens Malossi ont démontré leur inégalable capacité de préparer des solutions techniques à la limite.

Nel 2000 la C.D.C. acquista a Calderara di Reno un capannone di oltre 3.000 mq, e, dopo averlo completamente ristrutturato, vi si trasferisce con un piano preciso: cambiare la ragione sociale in Malossi Engineering Srl e mettere in atto tutti i cambiamenti necessari per diventare una moderna azienda di produzione, dotata di un laboratorio metrologico e di uno metallografico, di treMalossi Engineering  sale prova, di un reparto di sperimentazione, di un ufficio tecnico, di un’attrezzatura all’avanguardia dagli stampi alle quattro isole robotizzate per la produzione dei variatori, dai centri di lavoro orizzontale ai torni da barra a tre torrette e alla fresa Hermle per attrezzeria. E’ un balzo in avanti di entità epocale: una crescita esponenziale che porta la metratura da 350 a 3.200 mq, un’attrezzatura nuova fiammante e una tecnologia all’avanguardia per coronare un’esperienza aziendale di oltre 50 anni.

Nel 2005 la Malossi Srl diventa Spa e lascia la sede di via Bastia per trasferirsi nel nuovissimo capannone di via Roma 118/I, Malossi Via Romacostruito in ossequio alle più avanzate norme per la sicurezza e il risparmio energetico. Lo spazio a disposizione è notevole e gestito in modo logisticamente ineccepibile, le merci sono movimentate in modo programmato, il magazzino è dotato di scaffalature per lo stivaggio pesante alte 13 metri, di carrelli speciali per lo stoccaggio e il ripristino del picking, di armadi a piani traslanti per la gestione dei prodotti in confezione singola, di carrelli commissionatori per l’evasione degli ordini, di linee di confezionamento semiautomatiche e robotizzate, il tutto gestito e controllato da un sistema informatico che sovrintende la commessa con un sistema a doppio controllo, a partire dall’ordine del cliente fino alla spedizione della merce.

Nel 2010 sul nuovo stabilimento appena ultimato è stato installato un impianto fotovoltaico di 3.500 kw in grado di fornire una copertura del 76% del fabbisogno totale delle due aziende. Il 30 giugno 2012 la Malossi Spa incorpora per fusione la Malossi Engineering Srl. La nuova azienda si trova, quindi, a racchiudere in sé tutte le potenzialità sviluppate in 50 anni di lavoro ininterrotto, dalla progettazione e produzione interna certificata, a un’organizzazione commerciale che, non solo esporta in sessanta nazioni, ma è anche dotata di un sistema di e-commerce di proprietà in grado di operare in tutti i continenti.

oggi2

Nel 2008, in previsione dell’incorporazione dell’Engineering, nei 28.000 mq di terreno su cui sorge lo stabilimento di Via Roma 118/I, è stato costruito un ulteriore stabilimento di 4.500 mq con annessa una palazzina per gli uffici e un locale di 2.000 mq dedicati al carico e scarico delle merci. E’ previsto un ulteriore ampliamento per il trasferimento in toto delle attività della ex Engineering.oggi1

In questo breve excursus abbiamo delineato i punti salienti del percorso compiuto da una famiglia che fa impresa da ottantaquattro anni, superando difficoltà di ogni genere, e che oggi è pienamente consapevole che non tutti si potranno salvare dal cataclisma che sta sconvolgendo l’intero sistema economico mondiale. La direzione Malossi, come sempre, è determinata più che mai ed è pronta alla sfida con il futuro. Uno staff giovane e ben preparato, dotato di sistemi informatici d’avanguardia ai massimi livelli,  una strategia votata all’innovazione e al perfezionamento e una fede incrollabile nell’alta qualità di un prodotto calibrato per il mercato globalizzato che guarda oltre l’Europa, sono gli assi nella manica di quest’azienda che ha fatto del made in Italy e della qualità la sua bandiera.